Quand la Solidarité est aussi l’affaire des filles !

Quand la Solidarité est aussi l’affaire des filles !

Quand la Solidarité est aussi l’affaire des filles !

Nora, Joseana, Naïssa… 20 ans, 19 ou 22 ans, issues de Tremblay en France ou de Montfermeil, le groupe de jeunes femmes adhérentes d’APART sont en train de réussir avec brio leur projet Marcher pour l’avenir.

En effet depuis ce dimanche 12 août, elles arpentent les versants de l’Atlas marocain, avec des treks quotidiens de plusieurs heures de marche qui les amènent vers des villages reculés où les attendent des populations qui manquent de biens quotidiens, et notamment les écoles.

Elles sont en recherche d’emploi, en intérim ou étudiantes, le groupe de filles préparent ce projet depuis près d’1 an. Dès le début, elles ont souhaité mettre en œuvre un projet humanitaire pour venir en aide à des publics plus démunis qu’elles. Et parce que les valeurs de solidarité et d’entraide sont indispensables dans la vie, valorisent et apportent un dépassement de soi propice à la construction de son avenir.

l Les filles au Djebel Toukbal

Les filles auraient pu choisir de mener des maraudes au bout de la ligne du RER B, ou faire don de leur sang, autant d’actions essentielles et remarquables. Mais fidèles aux valeurs d’APART, voulant aussi enclencher le pas de leurs camarades hommes partis en juin escalader les pentes du Kilimandjaro, les filles ont souhaité associer action solidaire et dépassement de soi, découverte de contrées inconnues et effort physique.
Pas question pour elles de faire dans la facilité en cherchant dans les réseaux des moyens financiers sur la base d’appel à projet ou d’autre demande de subvention : c’était mal les connaitre. Elles ont tenu à acheter les fournitures scolaires qu’elles apportent aujourd’hui aux écoles des villages marocains dans le besoin, avec leurs propres deniers gagnés par leur travail. Une volonté et une motivation sans borne qu’elles ont mis au profit de la buvette de L’estivale, organisée tous les jours par la Ville de Tremblay de 18h à 21h.

Familles, populations et jeunes pouvaient ainsi bénéficier d’animations en tout genre. La Ville a eu la riche idée de proposer à des associations de récupérer le bénéficie de la buvette qu’elles ont animées une semaine chacune afin de soutenir un projet. Ainsi, les filles d’APART ont travaillé du 31 Juillet au 3 Août sous la canicule pour récolter des fonds et acheter les fournitures scolaires apportées aujourd’hui aux enfants.

Dans les temps qui courent, quel meilleur exemple que ces jeunes femmes en recherche d’un projet professionnel stable qui travaillent et œuvrent pour ceux qui en ont besoin. Et le projet ne fait que commencer. Le groupe veut jumeler l’association avec ces villages pour y apporter régulièrement des ressources matérielles dont ils ont besoin ; cet hiver, elles apporteront des vêtements chauds pour contrer le rude hiver de l’Atlas.

Saluons la ténacité de ces jeunes femmes encadrée par Wafat Mari, l’animatrice sociale d’APART, et soutenues par nos partenaires, la Ville de Tremblay et la Fondation de France, qui ont abouti à un projet ambitieux qui va les transformer pour toujours. A leur retour, nous travaillerons avec elles sur leur projet personnel qui, n’en doutons pas, sera éclairé par cette expérience unique qu’elles sont en train de vivre.